Intermarché veut devenir la plus grande chaine de supermarchés à Bruxelles et en Wallonie

  • il y a2 semaines
  • Food
  • 1

Maintenant qu’Intermarché a repris les 86 magasins Mestdagh, elle a l’ambition de devenir la plus grande chaîne de supermarchés à Bruxelles et en Wallonie. Même s’il reste encore beaucoup de travail à faire, déclare le directeur général Guillaume Beuscart.

Depuis le 4 janvier, les 86 magasins Mestdagh sont ouverts sous l’ enseigne « Intermarché by Mestdagh » . Il s’agit maintenant de booster la rentabilité des magasins de Mestdagh, confie Guillaume Beuscart dans un entretien du week-end au journal L’Echo. L’objectif est de passer de 4 500 euros à 6 000 euros le mètre carré , précise-t-il. « Ce serait une bonne augmentation dans un marché généralement stable. Intermarché est très soucieux des prix, notamment en boucherie et en produits frais. Enfin, il y a les MDD, qui sont un véritable levier de croissance et de différenciation.

L’ambition est de devenir le plus grand de Bruxelles et de Wallonie , mais il reste encore beaucoup de travail à faire là aussi. « La priorité est d’achever la reconversion puis d’atteindre un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros d’ ici trois ans . Aujourd’hui, les deux groupes pèsent ensemble environ 1,6 milliard d’euros. Nous savons que doubler le chiffre d’affaires au mètre carré des magasins de Mestdagh prendra du temps. Il faut convaincre les équipes et conquérir les clients. C’est ambitieux, mais réalisable. Aujourd’hui nous sommes numéro 3 ou numéro 4 en Wallonie. Nous nous efforcerons d’atteindre cet objectif étape par étape.

Intermarché a aussi des ambitions en Flandre , comme cela s’est révélé lors d’un meeting extraordinaire la semaine dernière. Beuscart précise : « Historiquement parlant, Mestdagh a été présent en Flandre à travers deux branches ( Tienen et Aarschot , ndlr). Il s’agit pour nous d’un laboratoire intéressant pour tester le concept Intermarché sur un marché flamand qui présente des similitudes, mais aussi des différences, avec la Wallonie et Bruxelles. De cette façon, nous pouvons vérifier si notre politique commerciale est reprise en Flandre. Je constate que les points de vente le long de la frontière linguistique ont déjà une clientèle néerlandophone assez importante. Le concept Intermarché peut donc être attractif en Flandre.

Avec la reprise de Mestdagh, Intermarché est aussi fort à Bruxelles, ce qui n’était pas le cas auparavant. « Nous sommes fortement représentés en Wallonie. Mais Intermarché n’était pas présent à Bruxelles. Mestdagh offre une occasion en or de s’y installer. C’est un domaine différent. Le goût, le pouvoir d’achat et les intérêts des clients ne sont pas les mêmes. Et il y a saturation de l’espace d’expansion. Il faut des années pour ouvrir un supermarché, voire pas du tout. L’acquisition de Mestdagh, notamment à Bruxelles, offre donc à Intermarché une opportunité d’expansion unique.

Rejoignez la discussion

Comparer les annonces

Comparer